Education Numérique

Formations, Logiciels et bien plus encore

La législation applicable aux chauffeurs VTC a évolué récemment et, au terme de la loi Grandguillaume, ceux qui désirent désormais se lancer dans cette profession doivent réussir un examen attestant de leurs compétences professionnelles avant de pouvoir prendre le volant d’une voiture de transport avec chauffeur (VTC). L’examen se décompose en deux étapes : il faut d’abord réussir un examen théorique, très proche dans son concept et ses questions de celui auquel sont soumis les chauffeurs de taxis, puis ensuite une mise en situation pratique.

Comment se préparer à l’examen ?

L’examen de chauffeur VTC, c’est comme le BAC, cela se prépare si l’on veut mettre toutes les chances de son côté. Le mieux pour cela est de faire appel à une formation dispensée par des spécialistes reconnus, comme Pilotcity Académie de chauffeurs, au cours de laquelle il sera possible d’être préparé efficacement et d’aborder l’examen dans les meilleures conditions de succès.

L’e-learning, une bonne solution pour la partie théorique

La première composante de l’examen VTC pour devenir chauffeur est un examen théorique d’une centaine de questions portant sur des thèmes divers (réglementation, gestion, sécurité routière, français, anglais, spécificités commerciales et réglementaires des VTC). Le candidat ne sera reçu que s’il répond correctement à la grande majorité des 91 questions à choix multiples et des 16 questions à réponse ouverte qui composent cet examen. L’entraînement à ces questionnaires peut donc se faire à distance, via les solutions d’e-learning, à condition d’être suffisamment motivé pour s’entraîner avec assiduité sans avoir besoin de la contrainte extérieure d’une salle de formation. Le choix du e-learning offre au candidat une plus grande souplesse dans son apprentissage, ainsi qu’un budget contrôlé.

L’examen pratique, une mise en situation simple

Le candidat reçu à l’examen théorique doit ensuite passer l’examen pratique, qui consiste à une mis en situation réelle avec deux faux clients. Là encore, mieux vaut s’être entraîné préalablement (avec un stage pratique VTC). Il faut de plus disposer lors de l’examen d’un véhicule à double commande (comme les véhicules d’auto-école pour le permis) dont le prêt est, pour les candidats ayant suivi un stage avec Pilotcity, inclus dans la formation.